samedi 3 août 2019

Au détour d'un blog partisan de la prose sceptique...


Voici venu le 100ème article de ce blog, mais il n'est guère réjouissant. L'activité ufologique du moment étant extrêmement pauvre dans nos régions, il était une fois de plus nécessaire de procéder à quelques réajustements concernant une publication mise dernièrement en ligne...

Il y a quelques semaines de cela, j'ouvrais un fil de discussion sur le forum "Les Mystères des Ovnis".

Celui-ci portait sur la nécessité ou non de maintenir le GEIPAN comme organisme légitime sur la question épineuse des PAN. J'invitais, il est vrai un peu maladroitement à inviter les internautes à réfléchir en leur proposant l'idée d'une pétition en ligne. Pétition qui ne verra jamais le jour mais qui a suscité l'intérêt chez ceux qui visiblement ont une terminaison nerveuse reliée à cet organisme.

C'est ainsi que je suis tombé sur un énième billet d'un(e) internaute blogueur faisant clairement partie de la mouvance rationaliste. Xilia puisque c'est ainsi qu'il faut le (ou l'a nommer), dirige le blog Zeroterisme visant à s'attaquer à tout ce qui représente des dérives à leurs yeux plus ou moins pertinentes.

Voici le billet en question (cliquez sur le lien)

Je vais donc reprendre ici quelques passages et éclaircir certains points.

"Ils en sont mécontents mais ils ne savent pas sur quels critères il faut attaquer, l'initiateur demande à ses membres de lui suggérer des raisons ! Non ! Vous ne rêvez pas !"

Je ferais remarquer que sur un forum tout membre a le droit de s'exprimer en apportant des éléments utiles et constructifs. Nous avons je pense assez de recul aujourd'hui pour évaluer ce qui ne fonctionne pas avec le GEIPAN. Une liste (non exhaustive) à d'ailleurs été proposée depuis. A aussi été abordé le fait qu'il faille déléguer ces compétences en direction de SIGMA2 qui me semble plus légitime pour ce job, est-ce un crime de lèse majesté ?

Les institutions sont amenées à évoluer de manière constante, alors il faut pouvoir envisager une autre façon de travailler.

"Eux-mêmes et leurs amis ufologues ont ils apporté au GEIPAN des éléments tangibles que les sciences dures pourraient exploiter ?" 

Pourquoi apporter des éléments tangibles à cet organisme qui je le rappelle, n'est là que pour collecter des cas civils en les passant à travers une grille de lecture pré-établie ? Dois-je lui rappeler que le GEIPAN n'a pas (n'a plus) la vocation d'étudier de manière professionnelle et scientifique, des cas très particuliers (les 4 ou 5 % de PAN D) laissant clairement apparaître d'autres paramètres non exploitables avec les outils à leur disposition. Ces cas font appel à des analystes scientifiques multidisciplinaires. Il existe de tels cas, hors base de données du GEIPAN sur lesquels tablent des personnes qui pour l'heure travaillent dans l'ombre. Ces analyses mettent en évidence un impact direct dans notre environnement. Ils sont encore loin de comprendre de quoi il s'agit, ils ne font pas dans la promotion des "zitis" mais réalisent des études visant à prouver le bien fondé de leurs recherches. Le phénomène Ovni n'est pas un mythe (vision très superficielle de nos détracteurs), sa portée vas beaucoup plus loin, mais il est encore trop tôt pour en parler ouvertement.

"Les leaders de ce forum (exit hélas des participants comme Jean Curnonix par exemple) passent l'essentiel de leur temps à critiquer négativement le GEIPAN et les sceptiques, ignorants qu'ils sont ou faisant semblant de l'être, qu'il n'y a pas de sceptiques mais une démarche sceptique comme l'ont expliqué, dit et même rabâché, de nombreux partisans de la dite méthode." 

Quizz de la démarche sceptique ? Nous l'appliquons ici même dès lors que nous avons la possibilité de traiter un cas déposé par un témoin et membre à part entière du forum.

En matière d'ufologie, le scepticisme est requis venant d'informations extérieures en provenance d'Internet. En interne (ou bien lors d'enquêtes extérieures privées), il y a moyen d'accéder à d'avantage de données sourcées et vérifiables si les témoins se prêtent au jeu et en toute bonne foi. Il faut savoir faire preuve de psychologie pour détecter si les témoins mentent ou pas. Ceci ne s'apprends pas sur les réseaux sociaux, mais au contact du terrain. Xilia peut-il (ou elle) prétendre faire du terrain ? Dans ce cas, ou sont ces compte-rendus d'enquêtes ? Bref...

"Il m'apparaît comme une constante dans le milieu de l'ufologie : l'égo démesuré ! Le besoin d'être sur le devant de la scène même s'il n'y a qu'une poignée de spectateurs parait bien impérieux à certains et ils semblent satisfaits de ce qu'ils pensent être leurs petits moments de gloire. Il ne faut pas ignorer ce mode de fonctionnement pour comprendre ce qui semble incompréhensible dans un premier temps à toute personne sensée. Mais comme dit le Président d'une association ufologique branche française : "il n'y a pas de mauvais buzz, il n'y a que du buzz". 

Je rappelle à notre illustre inconnu(e) qu'il (elle) fait fausse route. Je n'ai nulle besoin d'exister pour me valoriser en écrasant quiconque au passage, à d'autres... en commençant peut-être pas a faire le ménage au sein des UFO-sceptiques.

Je ne vends rien ni attends en retour. J'offre de l'information à qui veut en prendre connaissance. Chaque personne s'intéressant au sujet doit se fixer un but défini, le mien est de redéfinir le champ sur ce que nous sommes entrain d'étudier et de l'élever à sa juste valeur. L'ufologie Française ne peut se résumer à elle seule, à une poignée de pseudo-sceptiques prêts à tout pour se moquer ouvertement du monde. La ligne directrice du forum dont-il est question n'a rien à voir avec des raconteurs de fables, embobineurs de tous poils et gourous du millénaire. Si nous sommes la cible permanente de personnes, c'est en raison de notre portée au niveau des idées ou bien le fait que nous attirons plus de monde que sur le principal forum opposant, autant dire, des enfantillages. Nous n'avons aucune raison de recevoir de leçons de votre part. Vous connaissez sans doute l'adage avec la poutre dans l'oeil du voisin, ne voyez-vous donc pas ce qui se passe ? A qui revient véritablement le petit moment de gloire et de buzz ? Dois-je aussi lui faire un dessin ? Que font actuellement ces petits copains sur les réseaux sociaux débordant largement au niveau médiatique ? De la soit-disant pédagogie autour des agroglyphes en mettant en avant les 7 (ou 8) principes VECA façon "bombe thermo-nucléaire". Il s'agit de la deuxième année nous avons droit à ce "marronnier" estival, avant cela restait plus discret, j'ai pu voir son évolution et tout un système se mettre en place, tout a été calculé, et désolé, pour faire du buzz, tel est pris...

Que viennent encore faire les agroglyphes avec l'ufologie ?
Ici on nous explique des principes bien humains qui ne sont plus à démontrer, ceci n'intéresse plus grand monde, sauf les tenants psycho-machins-choses. Pathétique...

L'ufologie pseudo-sceptique tourne en boucle tel un vieux disque usé et craquant de tous côtés. C'est une attitude assez pitoyable venant de la part de personne faisant preuve de pragmatisme ! Le pragmatisme et l'esprit critique comme seules armes restent insuffisants pour prétendre tout savoir de cette pseudo-discipline. C'est oublier un peu trop rapidement les progrès de la science, les expérimentations et la réalité du terrain. 

"Et bien buzzez Monsieur partisan du néo évhémérisme qui plus est, la réputation de l'ufologie privée n'est plus à faire et grâce à des gens comme vous elle poursuit sa way to completion." 

Il (ou elle) se permet de me coller une étiquette qui ne reflète absolument pas mon état d'esprit.

Le néo évhémérisme est un concept véhiculé à travers les sectes et jusqu'à preuve du contraire, un forum responsable n'est pas là pour en faire la promotion.

Que connait-il (elle) réellement de l'ufologie privée ? Celle de groupes borderline, d'enquêteurs peu scrupuleux, ou celle de ces petits copains ? Cela justifie t-il pour autant que les UFO-sceptiques soient seuls détenteurs de l'exactitude ? Ils n'ont de vision que celle véhiculée par les réseaux sociaux en avec ces nombreuses dérives, bien réducteur comme analyse. Lorsqu'il s'agit d'aller rechercher des informations autrement plus intelligibles, comme des publications scientifiques et faisant appel à plus d'effort intellectuel, il n'y a plus personne sur le pont.

Mais à quoi bon encore les convaincre que leur démarche n'est point la bonne ? Dommage, ils ont des atouts mais ne les utilisent pas à bon escient. On ne récolte que ce que l'on mérite.



vendredi 19 juillet 2019

Dames blanches et radars automatiques sont-ils techno-compatibles ?

En ce début de périodes de vacances, il est de coutume d'aborder des sujets plus légers. Mais surtout, il est important de rester ouvert aux pistes qui au premier abord pourraient sembler loufoques. En matière d'ufologie, le ridicule ne tue pas, il permet au contraire d'avancer.

Ainsi le Républicain Lorrain nous faisait part d'un curieux fait divers sur sa Une de l'édition du 11 janvier 2017 (voir ci-dessous).

Fait divers qui s'est déroulé mardi 10 janvier 2017 en fin d'après-midi (information parue le lendemain sur la Une de l'édition de Metz du Républicain Lorrain)


La relation entre une apparition fantomatique et les nouvelles technologies ne me semble pas dénuée d'intérêt. Elle pourrait nous permettre dans des conditions contrôlées offrir l'opportunité de reproduire de manière scientifique l'apparition d'un phénomène qui jusqu'à aujourd'hui reste furtif et insaisissable. De telles expériences son notamment menées par l'IFRES depuis quelques années grâce à une cabine de contact dans le cadre de leur recherches en Transcommunication Instrumentale. Les résultats obtenus sont vraiment surprenant, vous pouvez en prendre connaissance ICI.

Si on laisse de côté la légende urbaine, ou le possible canular, on doit être en mesure de chercher à comprendre en quoi un radar automatique pourrait générer dans sa sphère d'action un phénomène lumineux insolite. Une cadence anormale des flash aurait pu la provoquer ? Est-ce du au système laser équipant les cabines de dernière génération ? Ou bien est-ce lié à l'effet Doppler dans le domaine des micro-ondes "High Super Frequencies" (bande K, sur 24 Ghz) ?

Malheureusement, j'ai cherché à obtenir d'autres informations mais il y a pas eu de suites données à cette affaire.

Je ne suis pas scientifique, mais je m'interroge tout de même sur les causes a effets possibles. L'avenir nous apportera peut-être d'autres faits identiques, auquel cas, il faudra être vigilant, remonter l'information aux intéressés et les rajouter au registre bizarreries des phénomènes annexes.

Bonnes vacances à tous !

mardi 7 mai 2019

RR2 (trace au sol) : 23 mars 1976, 3h40, Brabant-le-Roi (55)


La zone géographique que couvre ce présent blog connaît quelques cas de traces au sol, sans visions d'entités (RR2 selon la classification de J. Allen Hynek). Bien qu'assez peu répandues, nous pouvons nous estimer heureux avec près d'une vingtaine de cas répertoriés, la plupart concernent l'année 1954.

Après avoir évoqué le cas d'Hobling (57) et celui de Verdun (sous réserve), nous allons aborder celui de Brabant-le-Roi dans la Meuse.

Le parcours du témoin (aujourd'hui D.994, entre Nettancourt jusqu'à l'usine SNR de Revigny-sur-Ornain)



Reconstitution de l'observation : 

Nous sommes mardi, il est 3h35 du matin, Mr Charles C. part travailler, comme chaque matin, à la S.N.R. de Révigny-sur-Ornain (55), située à 7 kilomètres de son domicile. C'est quelqu'un de très ponctuel. Ce matin-là, son camarade d'atelier qu'il emmène d'habitude est malade. Il part donc seul. Il ne roule pas vite (60 à 70 km/h) car le moteur de sa Renault 5 est froid. Entre Nettancourt et Brabant-le-Roi, alors qu'il débouche en haut de la colline qui domine un peu Brabant-le-Roi et la vallée de l'Ornain, un objet lumineux, situé à environ 600 mètres en avant, sur la gauche de la route, attire soudain son attention. Très intrigué, il le regarde avec attention tout en s'approchant; il le situe alors avec une certaine précision car sa lumière éclaire les deux pancartes situées plus loin sur la route (la plus proche est une publicité pour Renault!), et il voit en silhouette l'éolienne du parc voisin, éclairée par derrière; l'objet est donc à une distance intermédiaire entre ces repères visuels. Il s'en approchera jusqu'à 200 à 250 mètres, il estime sa taille à environ deux fois celle de la pièce où les enquêteurs se trouvent au moment de l'interrogatoire, ce qui ferait un diamètre de l'ordre de 12 mètres et une épaisseur de l'ordre de 2 mètres. L'objet est discoïdal, à fond plat, le dessus est légèrement bombé; il est lumineux, jaune avec une bande orange foncé dans le bas.

Brusquement, un deuxième objet inconnu arrive de la droite en descendant rapidement vers le premier, incliné à 45° et s'arrête à 6 ou 7 mètres au-dessus. Il devait être au-dessus des nuages auparavant (temps couvert), car le témoin ne l'avait pas remarqué en grimpant la côte. Il est nettement plus petit que 1'autre, de diamètre inférieur ou égal à la moitié de celui du premier. Il a la forme d'une coupole simple, est de même couleur, avec la même bande orange, et ne laisse aucun sillage. Le premier objet s'élève un peu en restant horizontal ("peut-être de 2 mètres, pas plus" leur raconte le témoin), puis s'incline à 45°, parallèlement au deuxième engin, A 4 ou 5 mètres de celui-ci. Ces dimensions sont approximatives car "il n'est pas possible de dire un chiffre carrément". Ainsi placés l'un par rapport à l'autre, les deux engins s'élèvent en s'éloignant du témoin étonné. Ils sont entourés d'un halo jaune grisâtre (comme auparavant, dû à la lumière émise), mais de plus laissent derrière eux un sillage : des traînées vaporeuses ayant un aspect de brouillard, des traînées un peu comme une pluie d'orage éclairée par le soleil. Le témoin ne peut préciser si seul, le plus grand des objets laissait ces traînées.

Quelques secondes auparavant, non loin du panneau 80 km/h qu'il éclairait avec ses phares, et à cause de la distraction due à la présence de l'objet, ses roues droites avaient mordu l'herbe du bus-côté droit de la route D.394 et la voiture avoir été un peu secouée; au même moment, le moteur eut des ratés et il entendit un sifflement très aigu. Réaction du témoin : "Ça y est, avec tes conneries , t'as pété une courroie !". Mais quand les objet s'éloignent, le moteur repart normalement et il n'y a plus de sifflements. Les phares sont restés allumés; pas d'autres observations quant à la voiture.

Le témoin réalise après coup que le sifflement entendu provenait des objets; il roulait avec la vitre gauche descendue de 5 à 10 cm et il compare ce bruit à celui d'une dynamo ou d'un moteur qui s'emballe. Continuant à rouler et arrivé dans le virage à droite, il suit des yeux les deux objets qui ralentissent, s'immobilisent et s'inclinent jusqu'à l'horizontale; alors, le petit engin en forme de dôme descend et vient se souder au premier, formant une sorte de coupole sur le dessus ou "un couvercle, quoi !".

Il ne verra plus, jusqu'à la fin, que cet unique objet. Les couleurs sont restées las mêmes et il y a maintenant 4 bandes, de bas en haut: orange, jaune, orange, jaune. Après la soudure, la bande orange du milieu fut moins visible: il l'à voyait mais ne l'aurait peut­-être pas remarquée s'il n'avait pas vu la soudure des deux objets. Il n'a pus perçu de variation importante de l'intensité de la lumière et à aucun moment le dessous de l'un des objets n'a été visible. 

Après le virage à droite, le témoin constate que l'objet semble demeurer et évoluer sur sa gauche; lorsqu'il arrive à Brabant-le-Roi, il se trouve derrière lui; dans le village Meusien, il le perd de vue. Il pense un instant montrer cela à un ami qu'il emmène parfois pour aller travailler, mais celui-ci est depuis quelques jours dans une équipe qui prend le travail à une heure différente. En sortant du village, il retrouve l'objet sur sa gauche, qui semble évoluer à une vitesse voisine de celle de sa voiture (environ 60 km/h).

Il ne peut préciser son altitude. Dans Revigny-sur-Ornain, il le perd de vue, mais il le voit à nouveau, au moment où il franchit le pont au-dessus du chemin de fer (ligne Paris/Strasbourg); l'objet s'éloigne alors en direction de Mognéville et sa trajectoire semble assez rectiligne. Le témoin accélère  alors pour le montrer au gardien de l'usine, mais peu avant qu'il n'y arrive, l'objet disparu derrière la colline. Au total, l'observation n'a pas durée plus de 5 minutes. La phase principale, depuis l'arrivée très rapide du deuxième objet plus petit jusqu'à "1'accouplement" des deux, a duré quelques dizaine de secondes.

Lorsque les enquêteurs lui ont posé d'autres questions sur d'éventuels clignotants, le témoin a insisté sur la rapidité du phénomène, et donc sur le fait que, sur le moment, il n'a pas remarquer beaucoup de détails: "Cela va tellement vite que vous en enregistrez beaucoup par subconscience". Il n'a pas éprouvé de sensation de chaleur, mais il a été fortement impressionné. 

Le témoin, âgé de 43 ans à l'époque des faits, est une personne sérieuse et digne de foi. Il a trouvé le phénomène "impressionnant" et assez beau. Il ne donne pas du tout 1'impression de quelqu'un de peureux, mais il a eu peur: "Une forte trouille". 

Monsieur C. a fait son service militaire en Algérie; il a trouvé la manoeuvre rapide et très précise, beaucoup plus parfaite et coordonnée que celles des engins téléguidés qu'il connait et qu'il a pu voir.
On notera qu'il y a eu effectivement des rentrées de manoeuvres avec passages de convois revenant du Camp de Mourmelon (51); dans la journée, du matériel militaire et des chars ont traversés le village, se dirigeant vers Verdun ou St-Mihiel. Des habitants du village) ont pensés qu'il avait vu une fusée de 1'Armée. Réaction du témoin: "Une fusée envers ça que j'ai vu ! Une fusée n'aurait pas remontée". Il n'a pas parlé de son observation à ses camarades et collègues d'atelier, d'ou des controverses; il a demandé autour de lui et s'est étonné que personne n'avait rien vu.

Il pense que "d'autres gens ont dû le voir", mais ne le disent pas (encore qu'à cette heure du matin...). Il a téléphoné aux gendarmes de Revigny-sur-Ornain. Il n'a pas cherché à répandre son histoire dans le village ou à en parler à des journalistes, car il avait peur du ridicule et il pensait qu'on l'aurait cru influencé par une récente émission de télévision sur le sujet (FR3 Nancy / Printemps 1976) : Moi le premier, je voulais garder ça pour moi, et terminé !".


Effets postérieurs sur le témoin : 

Quelques coliques probablement dues à sa très forte émotion, ainsi que des effets visuels sur le côté gauche de son visage, avec l'impression d'une plaque noire qui arrive à toute vitesse sur sa gauche. (Chant visuel diminué à gauche par une zone noire), ce qui s'explique par un effet d'hystérésis, ou, si l'on préfère, de "rémanence". Cet effet est double : 1° physiologique, 2° psychologique.


Précisions sur les effets optiques subis par le témoin : 

Hystérésis : retard de l'effet sur lo. cause dans le comportement des corps soumis à une action (élastique ou magnétique) croissante puis décroissante. 

1° - Effets d'ordre physiologique : il a du se passer quelque chose d'identique au fait qu'après avoir été exposé un moment et au dehors à un soleil éblouissant, on est "aveuglé" ensuite en rentrant dans une pièce sombre. Une "rémanence" de cet ordre a donc pu avoir lieu, étant donné l'extrême luminosité de l'engin. Ce qui n'exclut pas l'influence de phénomènes surajoutés aux effets lumineux, provenant d'autres effets possibles, magnétiques par exemple ?

2° - Effets d'ordre psychologique : une "rémanence" d'ordre psychologique est certainement aussi intervenue. La "trouille" du témoin se répercutant dans le geste du bras protecteur lors de l'approche de "la plaque noire". Un "négatif" en somme, en 1° comme en 2°. A noter que tout s'est toujours passé à gauche, ce qui tend (observation et suites "visuelles") à corroborer une certaine opinion.


Les différentes étapes de l'observation (Source: Bulletin n°1 du Groupe 5255/LDLN, fév. 1980)



La trace au sol:

Dans le champ en herbe bordant la route, à exactement 20 mètres de celle-ci, deux traces circulaires en anneaux fermés ont été découvertes par les enquêteurs en présence du témoin et de sa femme, le dimanche 28 mars 1976, soit cinq jours après les faits. 

Le grand anneau fait 11,28 m de diamètre, le diamètre du petit anneau étant de 8,54 m. Une distance de 1,37 m sépare les deux anneaux fermés. La largeur des deux anneaux se situe entre 10 et 15 cm. Sur toute la circonférence des deux cercles, l'herbe et jaune ou jaunâtre, peu dense par rapport à l'ensemble du pré. Curieusement, sur la partie Nord-Ouest de la trace, entre le premier et le deuxième anneau, se trouvent trois plaques d'herbe jaunâtre comme découpées avec un engin tranchant. En-dessous de ces trois plaques d'herbe, il manque un peu de terre. Aucune anomalie, magnétisme ou radioactivité ne fut remarquée par les enquêteurs présents sur le site d'atterrissage présumé.

Le fait qui atteste un rapport entre cette trace suspecte et l'observation visuelle du témoin faite depuis la route départementale, c'est que ce dernier a indiqué aux enquêteurs présents le lieu d'atterrissage présumé du disque lumineux dans la zone exacte où fut découverte la trace formant deux anneaux fermés. Le propriétaire du champ exclut l'hypothèse d'une machine agricole, nulle part ailleurs dans ce pré et les champs avoisinants une trace semblable n'est visible.

Les deux anneaux sont complètement clos, aucune autre trace ou empreinte y allant ou en sortant n'a été décelée. Soulignons que des essais infructueux ont été réalisés avec plusieurs voitures : rien ne correspond à cette trace en anneau.

En conclusion: dans l'état actuel des éléments (forts nombreux) de cette enquête et de son analyse, il y a de très fortes présomptions pour que cette trace ait un rapport direct avec le disque lumineux vu au sol ou très près du sol par l'observateur. Nous l'indiquons donc comme trace d'atterrissage. Le témoin oculaire nous indique un diamètre apparent de 12 m pour le grand objet en forme de disque plat vu sur le site. La trace la plus grande fait 11,2 m. Si le disque s'était posé de toute sa masse et sans l'aide d'un train d'atterrissage, la surface de l'herbe écrasée aurait indubitablement été beaucoup plus grande, et non seulement constituée de deux anneaux fermés. On pourrait alors penser que le disque se tenait très proche du sol, à quelques centimètres seulement. Lors du décollage, de son envol l'objet provoqua un effet de pression; ensuite les deux anneaux ont pu être formés à la suite d'un effet électromagnétique ou d'un début d'effet calorifique; puis une sorte d'aspiration, d'où les morceaux de boue sèche trouvés sur tout le périmètre des deux anneaux. En ce qui concerne les 3 plaques d'herbe découpées, à priori on peut penser à des prélèvements d'échantillons, à un travail quelconque. Notons qu'elles ont très bien pu être faites par une aspiration venant du dessous de l'engin lors de son envol, c'est une hypothèse. Tout ceci pencherait en faveur du stationnement de l'objet à quelques centimètres ou-dessus du sol.


Test de germination :

Plusieurs échantillons de terre et d'herbe furent prélevés, en date du 28 mars 1978, aussi bien sur le site (trace d'atterrissage) que sous les 3 plaques d'herbe découpées, de même que des échantillons témoins. Pour ce faire, des semis de gazon Japonais n°321 furent faits. Les graines se sont développées a peu près de la même façon, mais légèrement moins dans le pot d'essai n°3 où la terre fut prélevée sous l'une des grandes plaques d'herbe découpées. Là, le gazon y est moins haut par rapport aux deux autres, et l'herbe peu dense. On peut donc dire que le sol de l'aire d'atterrissage allégué ne présente pas de signes de stérilité apparente; reste néanmoins la curiosité de pousse du pot d'essai n°3.


Renseignements météorologiques :

Ils furent pris auprès de la Station Météorologique do la B.A.113 de Saint Dizier.

A 3h00 heure locale, le vent au sol était du 080° pour 3 noeuds - Visibilité de 7 kms - Nébulosité 5/8° de strato-cumulus 450 m - 7/8° de strato-cumulus à 3.900 m - Température : + 5,3°C - Pression : 994,7 mb.

A 4h00 heure locale, le vent au sol était de 040° pour 2 noeuds - Visibilité de 7 kms - Pluie fine - plafond et nébulosité 8/8° de strato-cumulus à 480 m - Température : + 4°C - Pression : 994,9 mb et 1011,5 mb. 

Cela correspond aux déclarations du témoin disant que le temps était couvert et nuageux. On peut également en déduire, d'après étude sur les lieux et les souvenirs du témoin, et d'après ces conditions météorologiques régnant à l'heure de l'observation que l'OVNI évoluait sous la couche nuageuse, à environ 400/500 m d'altitude, lors de son départ vers Mognéville.


Renseignements auprès de l'Armée de l'Air :

Le colonel commandant le Centre de Détection et de Contrôle (C.D.C.) 05/902, Base Aérienne de Contrexéville, confirme qu'après une analyse approfondie des films d'enregistrement radar (restitution de la situation aérienne détectée par le Centre),aucun écho correspondant à l'objet volant non identifié n'a été détecté par le C.D.C. En outre, vu la basse altitude à laquelle il évoluait, il est certain qu'il ne fut pas repéré par les radars de surveillance du territoire.

A la demande des enquêteurs, le bureau de Prospectives et d'Etudes de l'état-major de l'Armée de l'Air à Paris a répondu que les radars n'avaient relevés aucun phénomène susceptibles de correspondre à un OVNI à la date indiquée. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu d'observation...

Source: Bulletin n°1 du Groupe5255 / LDLN, février 1980 (Texte légèrement modifié).
Enquêteurs: Roger et René Thomé - Marc Godinot.


Quelques remarques :

Il est assez remarquable de voir comment cette enquête à été menée. En serait-il de même de nos jours par certaines associations ou enquêteurs privés ?

D'abord la réactivité des enquêteurs, mais pour cela, il faut déjà que les témoins puissent savoir ou s'adresser. Compte-tenu de l'importance de ce groupe à l'époque sur le secteur, ceci a pu avoir lieu rapidement. En effet, à cette période, les associations ufologiques étaient bien plus actives et nombreuses sur le terrain.

Les enquêteurs comme le témoin ne font pas dans "la fixette" de l'extraterrestre, tout est relativement bien mené avec calme et détermination. 

Concernant la trace, il était encore courant d'en avoir, mais malgré la prise d'initiative de recueillir des échantillons, la plupart du temps, ceux-ci étaient bons à jeter à la poubelle puisque les protocoles que nous pourrions utiliser aujourd'hui n'étaient pas encore la norme. Il n'est point ici question d'analyses en laboratoire (aux frais des enquêteurs). Toutefois l'expérience de germination, reste une assez bonne idée pour tenter de tirer quelques conclusions. Aujourd'hui, nous n'en avons plus guère l'occasion.

Ils ont aussi bien pris soin de vérifier si cette double trace n'était pas commise par un engin agricole et si des traces de ripages ou de pas pouvaient y mener.

Passons sur les relevés météorologiques, ceci est très facilement accessible de nos jours. Le plus étonnant dans cette affaire, c'est qu'à l'époque, l'Armée jouait le jeu, il était bien plus facile d'obtenir les coordonnées d'un responsable et ces derniers semblaient être disponibles pour répondre aux attentes des enquêteurs. Qu'en est-il aujourd'hui ? Nous avons perdu ce sens de l'échange et de la confiance, bref, nous avons perdu au change. Aujourd'hui, seul le GEIPAN peut prétendre obtenir sur demande et au cas par cas les registres de plans de vols.


Le contexte géologique :

Une simple vérification permet de mettre en évidence la présence d'un couloir constitué par deux failles, celle dite de Mognéville (à gauche, endroit vers qui d'après le témoin, se dirigeait l'OVNI) et celle de Noyers-le-Val (à droite).



Trame géologique: couloir matérialisé par deux failles ou évoluait l'OVNI (Source: Géoportail)


Le point de vue sceptique: Le zététicien Eric Maillot s'est intéressé au cas dans le cadre du catalogue "Opération SAROS (1976-1994)" du CNEGU. Pour lui, il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une méprise Lune. Conclusion, tous les détails du récit tombent à l'eau, enquêteurs comme témoin sont pris pour des imbéciles. Et quand bien même, si la Lune était présente cette nuit là, est-ce suffisant pour conclure à la méprise ? Il existe bon nombre de cas ou la Lune est citée par les témoin lors de leur observation, pour autant cela n'en fait pas l'objet automatique du délit. En revanche, il ne semble avoir aucune explication concernant la trace au sol.

lundi 15 avril 2019

Petite mise au point pour ceux qui ne veulent pas faire l'effort de comprendre ma démarche

Litanie rationaliste en passe de gagner en popularité dans l'Hexagone = danger !


Depuis quelques années, on voit fleurir sur Youtube tout un tas de nouvelles chaînes crées par des jeunes imbibés d'une culture prônant l'esprit critique sur des fondements aux relents zététiciens sur bon nombre de sujets, parmi ceux-ci, bien évidemment, l'ufologie. Ne traitant pas exclusivement de cette discipline, ces jeunes déjà formatés sont loin d'acquérir la maturité suffisante et à contre-courant de leurs idées de ce qu'elle représente en réalité. Peu importe les sujets abordés, le même traitement est appliqué, la même idéologie faisant appel à quelques variantes. Cette doctrine présente un danger concernant l'image véhiculée de notre pseudo-science comme ils aiment le rappeler. C'est d'autant plus inquiétant que ces chaînes sont visionnées dans de fortes proportions et sont régulièrement partagées sur les réseaux sociaux. 

Il existe également d'autres individus que je qualifierais ici de véritables "fossoyeurs en ufologie" éprouvant le besoin de jouer les grands inquisiteurs, de critiquer en permanence, d'abuser de captures d'écran par réflexe conditionnés afin de les livrer en pâture dans leur petit monde pour en débattre de façon plutôt lamentable. Captures que je me garde sous le coude si la situation venait à s'envenimer. En dehors de ce contexte, ils n'ont aussi aucun scrupules pour envoyer des personnes s'expliquer devant la justice (je ne défends ici personne, je constate). Ma question est donc toute légitime ? Est-ce encore de d'ufologie ? Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Nous assistons à une véritable déferlante, une cabale visant à décrédibiliser les échanges entre internautes discutant d'ufologie et autres bizarreries qui pour le coup sont devenus de dangereux délinquants du web 2.0 propageant des mythes qu'il faut à tout prix éradiquer au nom de la Sainte inquisition rationaliste. De tels agissements sont-ils franchement bien raisonnables venant de la part de personnes se disant pragmatiques ? C'est d'autant plus révoltant à partir du moment ou l'on devient soi-même une cible cette nébuleuse infernale.

Ainsi on se permet de me juger sur ce que je ne suis pas, on m'assimile au mainstream ufologique ou comme si j'étais tombé de la dernière pluie. Ce manque de discernement est tout bonnement inadmissible. Dans cette quête complexe, il y a plusieurs niveaux, différents choix et orientations qui s'offrent à nous. Aussi, afin de remettre un peu d'ordre dans cette pétaudière bien franco-Française, je me suis senti dans l'obligation de rédiger cette tribune teintée d'un peu d'humour afin que les intéressés puissent également en prendre connaissance (et y réfléchir surtout). Ils seront assez grands pour trouver ce billet rapidement puisque je suis "sur écoute permanente" comme si j'étais le dernier des malfrats. Je me réserve aussi le droit de publier (ou pas) d'éventuelles réactions de leur part.


Ressemblance frappante avec l'un des grands maîtres de cérémonie, mais Johnny Owen est déjà rentré dans l'histoire de la boxe



Maintes fois, on m'a relancé pour que je délivre mes dossiers, mes enquêtes ou autres études. Que suis-je entrain de faire ici même ? Est-ce trop difficile de chercher ? On me rétorque que je ne comprends rien ou que je fais mine de ne pas vouloir comprendre, que je déçois, mais bon sang de bonsoir, ne voyez-vous pas votre médiocrité ? Laissez donc les gens penser par eux-même sur la base de ce qu'ils ont acquis et cessez de porter des jugements à l'emporte-pièce.

Dans mon métier, je suis amené à scanner quotidiennement des documents, mais je ne possède que très peu de matière ufologique sous forme de papier, aussi nul besoin de me relancer. Cela vous étonne? Tant mieux! Il n'est pas utile de stocker chez soi des kilomètres linéaires de paperasse pour se faire une idée sur la question. Le but de scanner permet d'obtenir des fichiers numériques, ils suffit juste de les dupliquer ou les déposer en lieu sur. Dois-je aussi leur rappeler que je ne suis qu'un petit maillon passionné par des choses que la science avec un grand "S" daigne étudier. Je me fous totalement d'être reconnu, je suis plutôt introverti, mais il ne faut pas me chercher, car je suis aussi capable du pire. 

Je ne tire aucun profit dans ce que j'entreprends, no business! Je livre simplement des informations à qui veut bien en prendre connaissance. J'estime que c'est un devoir par respect pour les internautes qui nous suivent quotidiennement. Je livre des pistes de réflexion qui suscitent des interrogations, parfois des remises en questions, point de vérités. L'ufologie 2.0 est une fange nauséabonde, je tente de m'en extirper, de dénoncer certaines pratiques, mais certains font mine de ne rien comprendre.

En parallèle, j'ai l'occasion de temps à autre de prêter main forte à quelques enquêtes virtuelles sur le forum de Benjamin Dupuis: "Les Mystères des Ovnis" ou sur d'autres réseaux. Ma manière de procéder est dans les grandes lignes, identique aux "fossoyeurs", mais contrairement à ce qui les motive, je cherche à écarter un maximum de pistes prosaïques pour ne garder que l'essentiel, les méprises comme vous le savez, sont monnaie courante. Le phénomène ne bât pas la campagne au quotidien, il et rare et se mérite.



Fichtre ! Seraient-ils aussi capables d'hallucinations ? (Dessin Raoul Robé)



Je suis amené à travailler sur le terrain, en tant qu'assistant. Je collabore en effet avec une personne en qui j'ai entièrement confiance, elle dispose de tous les dossiers d'études et d'enquêtes menées depuis les années 70 avec les coordonnées des témoins, schémas, photos pistes audio etc... 

Au fil du temps, j'ai acquis des réflexes, il m'est possible de savoir rapidement si tel ou tel cas est possiblement une méprise et dans ce cas, poubelle... Je ne collectionne, ni ne me gargarise avec ce type de cas dans des opuscules (mis en vente) ou, modernisme oblige, d'en parler sur une chaîne Youtube bidon de faible impact et que je ne ferais pas l'honneur de citer. Je sais faire preuve de pragmatisme lorsque nécessaire. Nous sommes tous perfectibles que l'on se place d'un côté comme de l'autre. Pour ma part, afin de bien comprendre de quoi il est question, il est nécessaire d'être le plus régulièrement possible sur le terrain (veillées, enquêtes). Ma formation n'en déplaise aux "fossoyeurs" ne s'est pas faite uniquement sur Internet et je ne fréquente pas les milieux conspirationnistes. J'ai des modèles, des personnes sur qui compter, ils ont leurs maîtres à penser, cela n'est guère suffisant pour leur donner toujours raison.

Lorsque l'on parle de la recherche sur les PANs en France, il faut savoir de quoi l'on parle. La science du quotidien ne s'occupe pas d'ufologie, laissons-là donc de côté. Le GEIPAN fait ce qu'il peut avec ce qu'il a, autant dire, rien, mais il a la possibilité de déléguer des cas s'il est en difficulté. En réalité il faut compter sur des groupes en marge avec des personnes qui tablent sur la récolte des expériences dites "extraordinaires" pour en tirer la substantifique moelle. On pourra ainsi citer l'Institut Métapsychique, le CASAR, l'INREES, l'IFRES, le CIRCEE ou bien encore le Cero-France auquel il faudrait rajouter Sigma 2 qui travaille en étroite collaboration avec des organismes et scientifiques du monde entier. Ces personnes poursuivent des voies différentes qui toutes convergent dans le même sens et n'ont qu'un seul but... Quelles sont ces choses là dehors ? Mais cela demande si peu d'efforts aux aficionados du vide ufologique de nier l'existence d'un phénomène élusif pourtant bien réel.

Il existe un groupe informel (avec des contacts à l'étranger) de personnes travaillant avec des enquêteurs, témoins et de véritables scientifiques en activité intéressés à titre personnel par la question. Pour ne pas être impactés, ces derniers sont obligés de rester discrets sur leur activité annexe. Le contenu des études réalisées n'est pas publiable pour des raisons qui me semblent évidentes... Ce prémunir du bruit généré sur les réseaux sociaux, cette attitude est également adoptée par Sigma 2. Toutes ces personnes mesurent parfaitement l'étendue du périmètre et quels sont les enjeux. Il s'agit d'un pan (sans jeu de mot) ignoré des "fossoyeurs" Ouf ! Au moins quelque chose qu'ils n'iront pas démolir de sitôt. 

Jacques Vallée est quelqu'un de respectable et si j'évoque parfois son "Collège Invisible" ce n'est pas qu'un truc mystérieux ou une façade, il y véritablement des personnes qui étudient objectivement ces phénomènes à l'abri des parasites et autres profiteurs de tous poils. Le résultat des ces études faisant appel à des disciplines très diverses sont partagés en mode privé.


Jacques Vallée ne s'arrête pas aux conclusions superficielles (Dessin Raoul Robé)


Il existe toutefois une science sans complexes, libérée de ces a-priori, elle étudie depuis plusieurs années des sites particuliers, lieux de manifestations lumineuses insolites (plasmoïdes ?) et autres phénomènes connexes. Le Laboratoire Pégase de son côté s'intéresse à la foudre globulaire et ces différents aspects. Sujets évidemment difficiles à digérer pour les "fossoyeurs" bien qu'il fassent parfois appel à son directeur. Les "fossoyeurs" ne sont pas scientifiques pour un sou, mais se permettent de l'ouvrir en dédaignant ces études et ce qu'elles peuvent nous fournir comme précieux indices. La tache est certes rendue longue et difficile, mais il existe déjà quelques publications scientifiques sur des aspects liés de près ou de loin au PANs pour qui veut se donner la peine de les trouver et les lire. Mais combien feront cet effort ? 

Le véritable chercheur utilise ces connaissances dans un domaine précis qui lui permet d'aborder des suppositions qui seront complétées par une étude théorique approfondie avec parfois l'aide d'autres chercheurs, soit dans la même discipline, soit dans d'autres suivant les circonstances du moment. Une fois en possession d'un certain nombre d'éléments, un protocole de recherche peut être établi. Alors on passe à la suite, c'est à dire du concret qui va se traduire par différentes actions comme par exemple des expériences laborantines (mais pas que...), c'est la méthode scientifique traditionnelle bien éloignée de la bouillie indigeste des "fossoyeurs".


Ces derniers se bornent à étudier les sciences molles, humaines, psycho-sociales par les biais cognitifs, dénoncent l'abus d'autorité etc... (témoins comme enquêteurs, ce qui sous-entends qu'ils font mal leur travail et que les témoins sont influencés par ces derniers). Il ne cherchent en aucun cas à valider un fait pour son caractère insolite. Le reste, ce ne sont que méprises et ou canulars, je dis ok ! Ces paramètres sont à prendre en compte, mais cette démarche tel un réflexe inné me semble très contre-productive. Au contraire, la façon de voir les choses doit faire en sorte de se projeter en avant en tentant de comprendre les mécanismes hors normes liés à ces manifestations, qu'ils soit naturels mais de nature inconnue, ou carrément "exogènes". Ceci n'est manifestement pas intégré dans leur mental.


Le cauchemar des rationalistes (Dessin Raoul Robé)


Les faits rapportés nous démontrent une influence évidente sur les témoins et l'environnement; ils laissent des indices et caractéristiques intrinsèques pouvant donner lieu à des projections études à caractère scientifique. Seulement voilà, je ne suis pas scientifique, mais je leur accorde ma confiance, je ne suis pas dans la croyance, je prône l'émancipation d'une science audacieuse et responsable, c'est différent. A terme, il sera judicieux de modéliser et vulgariser ce que cette recherche pourra apporter en matière de réponses sur la présence des PANs et autres faits insolites.

Personnellement, je trouve cela plus enrichissant que de se vautrer dans un confort idéologique rationalisant aux idées préconçues. Il est toujours plus facile de rejeter des expériences "extraordinaires" par des argumentations très terre à terre que d'étudier la nature même des éléments et l'impact qu'ils peuvent générer autour d'eux, le curseur n'est plus du tout ici au même niveau intellectuel.

Les scientifiques actuels explorent des terrains divers et variés ayant un lien plus ou moins direct avec notre thématique, comme les neurosciences, les intrications quantiques ou l'exploration spatiale. Si les "fossoyeurs" ne veulent pas faire l'effort d'intégrer ces champs d'études en dehors de leurs propres acquis, c'est leur problème. Chacun verra midi à sa porte. Ils portent un discours beaucoup trop orienté et sans nuances, il faut leur reconnaître pourtant de bons atouts, mais leur négativisme (il n'y a pas d'autre mot), prends toujours le pas sur le reste. 

L'ufologie est un fourre-tout, il est impossible de prétendre pouvoir tout maîtriser. Alors, on ne va pas chercher à reprocher ad vitam aeternam à ceux ayant choisi le terrain de l'ouverture de vouloir faire vivre un mythe qui en réalité n'en est pas forcément un au regard des avancées scientifiques en cours et à venir.


Le bar est ouvert 24h/24, 7/7, hips !


La bataille fait rage depuis de nombreuses années, elle est désormais devenue quotidienne sur les réseaux sociaux. Les "prises de becs" inter-forums, sur Youtube ou via Facebook sont, vous en conviendrez sont totalement contre-productives. Les internautes sont libres de faire leur choix pour rejoindre tel ou tel réseau pour débattre et l'enrichir intelligemment. Sur le forum que je fréquente, jusqu'à présent, je n'avais statut spécial, aucun traitement de faveur, je ne demande rien, j'informe, prends part à certains débats, c'est tout. On m'a juste proposé de devenir administrateur en renfort car on me considère impliqué dans ce que j'apporte. Je l'ai accepté volontiers, mais je suis aussi libre de me retirer à tout moment. Je n'use pas de mes nouveaux pouvoir, il faut savoir s'en servir à bon escient. On me prête une espèce d'aura, sans doute parce que j'y suis très présent au même titre que d'autres internautes lesquels ont aussi eu droit à des critiques désagréables, lorsqu'ils ne s'agit pas de menaces internes créant la zizanie entre les membres.

Au fil du temps, je suis devenu la cible en particulier d'un individu toujours prêt à bondir tel son animal totem, sa chatte Lilith, (le citer lui ferait trop d'honneur), il ne perd pas une minute pour me filer au train. Souvenez-vous ce que je disais en préambule... Les captures d'écran, sont sa signature. Procédé honteux pour tacler les gens sous prétexte qu'il se sent personnellement attaqué, ceci reste très discutable. Il a déjà eu à faire à la justice, mais il réitère ces exactions année après année. Il est animé par une forme de hargne sans précédent et méprise tous ceux qui ne partage pas son monde. Il cherchait selon ces dires: "à me faire la guerre", bein voyons !


 Capture d'écran du 14 décembre 2018 (Source: Facebook UFO Scepticisme)


Je lui dit calmement de rester dans son trou, la guerre de tranchée n'aura pas lieue. J'ai déjà tenté de me faire comprendre par personne interposé, mais je ne dois pas m'exprimer de façon suffisamment audible. A croire que ces personnes s'expriment dans un langage qui leur est propre que seuls les initiés peuvent comprendre. Je n'ai pas de temps à perdre avec des attaques puériles.

Mais comme cela ne suffit pas et qu'il n'en a jamais assez, celui-ci génère à tour de bras des pseudos bidons en passant par un VPN afin que l'on ne puisse pas le repérer (il réside dans le Sud-Ouest). C'est un pirate qui a tenté sans doute à maintes reprises de s'inscrire sur le forum "Les Mystères des Ovnis" pour pratiquer un trolling en bonne et due forme (capture d'écran notamment). Mais il n'est pas le seul, d'autres individus sont uniquement là en tant que "parasites" pour leur remonter l'info.

Bref, beaucoup d'internautes du forum, dégoûtés par la situation, sont partis, restent inactifs ou ne participent plus aux débats. Exactement ce que recherchent nos "fossoyeurs", faire taire ceux qui ne sont pas sur la même longueur d'onde. Bref, l'ufologie 2.0 de l'Hexagone est gravement malade, engluée dans un "gloubi-boulga" de bas étage.

Revenons un peu au but de ce blog...

Les phénomènes récoltés, et les quelques enquêtes menées dans les départements Lorrains ou voisins, m'importent car ils sont parfaitement sourcés et détiennent pour certains des éléments déterminants. Je ne parle pas ici d'élucubrations de pochtrons, de drogués, ou des canulars, mais de faits réels noyés dans le flux d'immondices colportés sur des réseaux qui se prétendent ufologiques. Aucune enquête n'a reçue de traitement "soucoupisant", elles ont étés réalisées avec honnêteté intellectuelle. Ici point de questions induites chez les témoins, uniquement des faits bruts afin de travailler en toute objectivité. Je ne suis pas du genre à conclure de manière ferme et définitive, il faut savoir rester honnête avec soi-même, je ne sais pas ce à quoi nous avons à faire. Mais les faits parlent d'eux-mêmes, ce sont des enquêtes parfaitement clean, mais suis-je entendu sur ce terrain ? J'en doute...

Il y a quelques mois de cela, j'ai reçu une notification de demande de connexion d'un certain Yoda pour accéder au contrôle du contenu de ma carte des PANs via Google Maps. Qui est cet individu ? De quel droit se permet-il de vouloir accéder à cette requête ? Aucune explication ou quelconque motivation de sa part. Je ne suis pas né de la dernière pluie. Tout le travail réalisé pourrait être réduit à néant par un type sorti de nulle part, ou suspecté d'appartenir à la mouvance des "fossoyeurs", simple déduction logique. Que cela soit clair, il n'y aura aucun autre partage hormis avec les personnes de mon propre entourage.


En conclusion, comment définir en quelques lignes ce que sont les "fossoyeurs" ? Ont-ils encore un avenir ?


Avoir choisi cette façon de procéder c'est avant tout se reposer sur les sciences psycho-sociales et des problèmes de perception. Nous ne sommes absolument pas dans le cadre d'une recherche objective pour définir ce que sont en réalité ces probables visites "exogènes". Il est donc normal avant toute chose, que les "fossoyeurs" tablent sur les sens des témoins en affirmant avec force et persuasion qu'ils sont victimes de méprises, ou qu'ils sont sous influence (hypothèse psycho-sociale/théorie réductrice composite), et n'hésitent pas le cas échéant, à évoquer troubles oculaires, persistance rétinienne, effets dus à des substances illicites et autres médicaments pour décrédibiliser les témoins si le besoin s'en fait sentir. 

Hélas, nous vivons dans une époque de super-spécialisation et d'experts en tous genres, personne n'est vraiment formé pour s'attaquer à un problème aussi complexe que celui de l'ufologie, encore moins de la part de ces donneurs de leçons.

Que les sceptiques, les vrais, gardent une certaine distance vis-à-vis de ces mystérieuses manifestations avant de s'intéresser en profondeur et intelligence, est tout à fait normal et sain comme attitude. Ce sont des personnes qui doutent de tout ce qui n'est pas prouvé de manière incontestable, qui n'apparaît pas comme une évidence. Mais la communauté des sceptiques est, quand à elle, noyautée par ces "fossoyeurs" qui font feu de tout bois !

Il en va de même avec la communauté des ufologues (ce que je ne suis pas), également gangrenée par d'étranges savants souvent autoproclamés, ayant réponse à tout afin de se complaire devant un parterre d'admirateurs et adorateurs du politiquement correct. Il n'y a pas de limite dans leurs égarements, pourvu que l'audience soit au rendez-vous avec parfois un remerciement en espèces "sonnantes et trébuchantes" en reconnaissance d'un dur labeur d'affirmations douteuses. 


La Lune, principal objet du délit ? (Dessin de Raoul Robé)


Les "fossoyeurs" ont une opinion préconçue sur le phénomène Ovni: ils sont, d'une certaine façon ou d'une autre, insensibles aux faits et aux arguments rationnels. Ce sont des individus avec un système de croyance très limité. En raison d'un modèle théorique qui se veut rationnel, réaliste, ils déclarent que les visites d'Ovni venus d'ailleurs sont impossibles, qu'ils n'existent autrement que dans la tête des témoins. Aussi, il devient très difficile de trouver parmi eux des personnes dotées d'une réelle ouverture d'esprit pour débattre du sujet car ils n'ont pas l'intention d'admettre qu'ils sont sur la mauvaise voie et que leur vision du monde est manifestement tronquée. La procédure d'approche des "fossoyeurs" est toujours sensiblement la même... pour apporter une réponse à un événement "dérangeant" on commence par trouver la source probable de la confusion: un ballon en mylar, une lanterne Thaïlandaise, Vénus, la Lune, un bolide etc... puis on recherche tous les éléments allant dans le sens du choix afin d'apporter une confirmation convenable à souhait. 

Pour les cas extrêmement lourds, voir franchement absurdes, en particulier les RR3, ils sont capables de proposer de façon très argumentée, une histoire dans l'histoire en la rendant encore plus indigeste, étouffant ainsi les informations et le récit initial. C'est ainsi qu'ils fonctionnent. 

Ainsi végète le monde des ignares prêts à toutes les compromissions pour discréditer toute réflexion cartésienne ou tout travail de recherche. 

  

De mystérieux cercles dans les champs (Dessin de Raoul Robé)



Ils partent toujours avec l'idée que tout ce qui est observé est nécessairement prosaïque, ou bien qu'il s'agit de canulars (rares au demeurant), sauf lorsqu'il s'agit de crop circles. Saison après saison, ils nous remettent le couvert avec le rapport VECA. Pour enfoncer le clou, ils font désormais appels à des Youtubers, usant le sujet jusqu'à la corde. Nous avons eu droit à plusieurs épisodes de rétro-pédalage agraire estival. Que ceux qui font mine de ne pas comprendre l'arnaque des agroglyphes, continuent de rester dans l'ignorance, il est grand temps de passer à autre chose...

Leur croisade consiste entre autre à s'attaquer aux dérives sectaires: gourous, les mythes, les médecines alternatives, ceux qui prônent la non-vaccination, le paranormal, l'archéologie interdite et les thèses conspirationnistes. J'approuve à 100% (étonnant, non ?). Toutefois, ils ne sont plus capables de distinguer les nuances, tout est systématiquement traité de façon mécanique, aveuglés par leurs propres réflexes. L'ufologie se trouvant à l'épicentre, ils cherchent simplement à l'étouffer pour X raisons au même titre que le reste.

Voyons ce passage extrait d'un texte de Jean Sider, il illustre parfaitement le fond de ma pensée. La Messe est dite!



Texte de Jean Sider (Source: UFOmania n°57, décembre 2008)


Si par malheur, vous cherchez à apporter un contre-ton, vous êtes systématiquement dans l'erreur, et c'est un vrai dialogue de sourds qui s'engage. Je ne suis pas le dernier à en avoir fais les frais. Aussi, voici mon conseil, ne jamais chercher à perdre son temps avec les "fossoyeurs" qui préfèrent se congratuler entre-eux. La tolérance est le dernier de leur souci. Les autres ont forcément tort et sont pris systématiquement pour de la m.... y compris pilotes, astronautes, gendarmes, militaires, scientifiques etc... puisqu'ils ont pour cela d'autres "armes de destruction massive" pour contourner le débat, l'argument d'autorité, les biais de confirmation etc... Belle preuve d'un cynisme sans retenue!



L'ufologie en France selon Jean-Pierre Petit



En aucun cas ils ne cherchent à comprendre la nature d'un phénomène jugé non prosaïque, le problème réside à ce niveau, il y a parasitage. Normal, ils n'ont pas les compétences requises et ne peuvent se projeter en avant. Puisqu'ils ont fait le tour de la question dans le cadre de leurs enquêtes et récupérés des données annexes pour décrédibiliser la question, tout leur est désormais acquis. La machine est avec le temps hyper bien rodée et quasiment sans failles. Mais je leur dis, attention! l'hypothèse économique n'est pas forcément la meilleure.

Parlons de choses utiles...

En dehors des pros divulgation (L'Académie d'Ufologie, TTSA...), il existe aujourd'hui des perspectives laissant dévoiler un monde bien plus complexe qu'on aurait pu l'imaginer. Cela aura été perçu chez certains instigateurs qui étaient présents au CAIPAN (R. Haines, E. Strand, M. Teodorani, J. Vallée, R. Piccoli, P. Ailleris, B. Méheust). Ces personnes ont vraiment quelque chose à apporter en matière de compréhension de ces phénomènes. L'étude de la conscience étroitement liée à celle de la physique de l'information dans l'Espace et le temps est un autre domaine porté par les différents protagonistes de l'ouvrage collectif : "Ovnis et Conscience" (JMG Editions). Ces thèmes sont d'avantage abordés outre-Atlantique. Il est aussi question de théories de plus en plus abordées en astrophysique et physique fondamentale classique comme les trous de vers, les autres plans de réalité (ou mondes parallèles), des milieux ou le temps s'écoule différemment etc...

Mais les "fossoyeurs" s'en sortiront toujours par une pirouette en les qualifiant de pseudo-sciences. Le quantique par exemple, on l'aura compris, n'est pas leur tasse de thé. Bien, nous rigoleront plus tard...

L'homme cherche à repousser ces limites dans l'exploration spatiale pour y rechercher des traces de vies. Les expériences réalisées avec le collisionneur de particules de Hadrons ont données des résultats étonnants. Des artefacts récoltés de présumés Ovni en difficultés venant des quatre coins du monde récupérés par Jacques Vallée sont analysés par absorption atomique dans la Silicon Valley. Il en est de même pour le projet de recherches ADAM de TTSA en parallèle avec les diverses enquêtes menées au sein de la Marine Américaine qui sont entrain de monter en puissance. En France, UFO-Science, espère toujours pouvoir analyser des clichés d'Ovni et PANs lumineux par décomposition de la lumière grâce à sa large distribution de filtre à réseau de diffraction en France et ailleurs. La recherche, s'articule enfin sur l'étude des plasma dits non prosaïques en des zones très délimitées à travers le monde, certains sites sont plus connus que d'autres et les résultats de campagnes d'observations sont régulièrement publiés, mais visiblement, tout ceci n'intéresse pas les "fossoyeurs" qui isolés dans leur petit microcosme bien confortable, risquent de louper le coche.

J'ai simplement opté pour une attitude raisonnée sur ces questions fondamentales. Tout être humain normalement constitué devrait être en mesure d'en comprendre le sens. Je demande simplement que mon choix soit respecté, sans chercher à me faire la morale ou me faire dire ce que je n'ai pas dis. Est-ce si difficile à comprendre? Les méthodes et argumentations peuvent être biaisées d'un côté comme de l'autre, nous sommes tous perfectibles, nul de détient la vérité, chacun doit être libre de ces idées en allant au bout de sa démarche, capito?

Ce dont je suis certain, c'est que si nous n'obtenons pas rapidement de résultats objectifs sur ce que nous nommons maladroitement PANs/Ovni, d'autres générations poursuivront le but fixé.

Les "fossoyeurs" n'arriveront jamais à détruire complètement le champ. Qu'ils aient au moins l'obligeance de laisser travailler les véritables chercheurs et ceux qui les suivent au lieu de les ridiculiser en les traînant dans la boue de manière indirecte. Aussi je les invite à prendre connaissance du bilan ODH Tv 2018 du mois de décembre s'ils ne sont toujours pas capables de comprendre la ligne de conduite sur laquelle je me positionne.


Un enlèvement définitif serait souhaitable pour apaiser les tensions (Dessin Raoul Robé)


Nous le voyons, les fondements du rationalisme ufologique né de "la faille sismico-ufologique" du milieu des années 70 tremble sur des bases devenues poreuses et friables. Ces individus rejettent aveuglément ce que certains défendent au lieu de fédérer les idées sur un terrain commun. Ce n'est qu'une question de temps, ces derniers sont voués à disparaître ou invités à rejoindre le flux constructif pour une recherche responsable sur la nature des PANs est pas autre chose. La balle est désormais dans leur camp ou bien le trou qu'ils creusent depuis tant d'années sera enfin prêt à les accueillir pour les y engloutir à jamais.


samedi 30 mars 2019

MAJ d'un article faisant référence à deux RR2 aux environs de Verdun à des périodes différentes


Je viens de procéder à une petite mise à jour de l'article: "27 mars 1985, compagne Verdunoise: Une RR2 peut en cacher une autre".

Pour accéder directement au contenu, cliquez ICI

vendredi 1 mars 2019

Metz, 15 février 2019 : Enquête et résolution d'un cas diurne

La tour Sainte Barbe et le pont Tiffroy. (Source: Google Street View)


J'ai été amené au cours de ce mois de février 2019 à être témoin de la présence de deux objets insolites dans le ciel, lesquels n'avaient pas été formellement identifiés au départ. J'explique ici comment il est possible de gérer soi-même la situation en fonction des éléments recueillis, chaque cas restant particulier bien entendu.

Revenons sur les faits...

Nous sommes vendredi 15 février en fin de matinée, je me trouve dans mon environnement professionnel à proximité de la célèbre tour Messine de Sainte Barbe (près de 70 m). 11h20, un collègue sort à l'extérieur pour fumer son e-cigarette. Ce dernier aperçoit quelque chose qui l'intrigue dans le ciel bleu azur, sachant que je m'intéresse de près à la question, il m'invite à sortir. Là, j'aperçois non pas un, mais deux globes sphériques parfaitement identiques. Ces derniers sont d'un blanc irisé, les rayons du soleil venant frapper leur surface.

Un autre collègue nous rejoint et constate comme nous la présence de ces deux objets. Nous ne sommes pas en mesure de les reconnaître car la distance qui nous sépare d'eux est trop importante. Les spéculations vont bon train... Ballons météorologiques, montgolfières, Ovni... ?

Nous avons pourtant l'habitude de croiser des montgolfières dans le secteur, mais a aucun moment durant ces quelques minutes d'observation, nous constatons le moindre bruit ou activité visuelle d'un brûleur.

Quoiqu'il en soit, je demande au collègue de prendre plusieurs clichés de ces étranges globes suspendus évoluant très lentement dans le ciel dans l'espoir d'en tirer quelque chose en les agrandissant.



Mais quel est ce point blanc très haut dans le ciel ?


Mais il est l'heure de m'absenter pour le repas, trois de mes collègues rejoignent à pied un restaurant administratif en empruntant un pont (le Pont Tiffroy). Ils ont tout loisir de les observer durant la traversée (nous sommes aux environs d'11h40). Le collègue à la e-cigarette prendra un ultime cliché et m'indiquera que ces derniers semblent suivre le cours de la Moselle en se dirigeant très lentement vers le Nord, Nord-Est (précieuse indication pour la suite).

A leur retour, ces objets avaient disparus.

Après ma journée de travail, je réunis les informations d'usage pour lancer l'enquête. Donc on vérifie magnitude, hauteur angulaire, estimation de taille réelle bras tendu bien que cela reste très imprécis. Une chose est certaine, nous ne sommes pas ici en présence de simples ballons de baudruche. On évalue la progression en ligne droite théorique de ces objets en fonction de leur sens de déplacement dans le but d'anticiper les secteurs géographiques ou ils pourraient être signalés. Les paramètres météorologiques sont importants, ils sont principalement ici axés sur le sens du vent dominant et sa force afin de vérifier si ces objets n'étaient pas tout bonnement portés par les forces naturelles. Le vent était pratiquement insignifiant puisqu'il était de secteur Sud-Est à Est, Sud-Est et de 6 à 8 Km/h (source Wunderground), ce qui est déjà un problème en soit puisque ces objets se dirigeaient à l'opposé, ils auraient dû se diriger en direction du Nord Ouest.


Le secteur vu du ciel


Internet vient à ma rescousse...

C'est bien souvent la réaction des internautes témoins de quelque chose à un endroit donné, ils recherchent ce que d'autres auraient pus signaler sur les réseaux sociaux. Mais je fais chou blanc. C'est d'autant plus étonnant que nous ne sommes pas en rase campagne au beau milieu de nulle part, ces objets ne pouvaient passer inaperçu dans un ciel complètement démuni de nuages. En général si dans les 48h après un tel événement on ne retrouve pas trace d'informations ou témoignages, la tâche risque d'être difficile. Ce n'est que plus tard, à l'issue de cette enquête que j'appris que d'autres témoins avaient pus fournir clichés et vidéos auprès d'autres enquêteurs.

Je tente alors de forcer le destin en faisant part de cette observation sur le forum "Les Mystères des Ovni" à la page consacrée aux membres de la région Lorraine. Je fais de même auprès d'Olivier de Sedona (Blog et Facebook UFO Conscience).

Ce n'est que par un concours de circonstance que je trouve une première piste à exploiter... La presse électronique du Républicain Lorrain signale un pic de pollution aux particules fines pour le lendemain (samedi 16 février). Tiens, tiens... Cela me mets la puce à l'oreille, n'utiliseraient-ils pas des ballons captifs pour mesurer les polluants ? Je décide de vérifier cette première information en faisant appel à un technicien de la société citée dans l'article mis en ligne: Atmo Grand Est (ex Air Lorraine). Je leur téléphone et obtiens la réponse, ces derniers n'utilisent aucun ballon de la sorte, simplement des stations au sol disséminées un peu partout dans le Grand Est. Nous échangeons quelques mots, je tiens encore à remercier le technicien pour son professionnalisme qui montre un intérêt certain à ma démarche, il m'invite à contacter la Mairie de Metz, mais cela ne m'inspire guère.

Je ne m'avoue pas vaincu, je reste persuadé qu'il s'agit de quelque chose de prosaïque, mais quoi ?

La piste des ballons stratosphériques est laissée de côté en raison de la présence de deux objets parfaitement identiques, en temps normal, un seul suffit. Le raisonnement me pousse à exploiter la direction de tout ce qui peut être sphérique ou ayant approximativement cette forme et voler dans nos cieux. Je m'oriente donc vers la piste montgolfière. Nous y sommes habitués dans la région, il existe de nombreux clubs, compétitions et gros rassemblements festifs annuels. Je concentre mes recherches à proximité de la cité Mosellane. Je fais appel à deux sociétés dont la plus connue basée sur Chambley (54) organisant le Mondial Air Ballons chaque année. Je trouve les mails des responsables, l'un comme l'autre ont eu l'amabilité de me répondre assez rapidement, mais tout deux sont catégoriques, aucun survol n'était prévu ce jour là, la saison débutant un peu plus tard. Vous me direz, les conditions étaient exceptionnelles, il y aura toujours quelques marginaux qui pourraient décoller de n'importe quel endroit.

Progression difficile...

Partant du constat que tout objet volant doit être signalé auprès des autorités compétentes, en l'occurrence, la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC/DSAC), je trouve non sans mal, une adresse mail dont la spécialité semble être dans les cordes pour m'informer. En effet, il y a eu redéploiement des compétences au niveau du Grand Est concernant le trafic aérien, avant il était possible de s'adresser directement à la tour de contrôle de l'Aéroport de Metz-Nancy Lorraine (Louvigny), désormais tout est centralisé (ou presque) sur Entzheim (67).

Je reçois une réponse académique à laquelle je m'attendais...



No comment !

Le simple quidam n'a pas à obtenir d'informations sur des survols, fussent-ils civils et sont constamment redirigés vers un organisme encore plus long à la détente pour enquêter, résoudre (ou pas) et publier leurs compte-rendus. Je ne mangerais pas de ce pain là et me battrais jusqu'au bout pour parvenir à mes fins.

Dans un mail précédent, l'interlocuteur de la base de Chambley, lâche une info intéressante... Et s'il s'agissait de ballons à gaz ? En effet, ces derniers sont parfaitement sphériques et non en forme de goutte d'eau. Je creuse la question et tombe sur cette fameuse course Gordon Bennet qui a lieue chaque année mais plus tard dans la saison. Ce pourrait-il que certains équipages s'entraînent le reste de l'année dès que les conditions le permette ? Mais comment obtenir leurs noms et comment les contacter ? Vers quel organisme s'orienter, tous n'utilisent pas ce type de ballon ? Je fini par tomber sur les noms des gagnants d'un équipage Lorrain, à partir de là cela devient plus facile, l'oracle Google (désolé pour la pub), me vient en aide et de fil en aiguille j'arrive à remonter la piste de plusieurs utilisateurs de ballons à gaz de la région. Je débusque deux mails, je tente ma chance...

L'une des personnes me répond mais reste assez évasive en terme de précision, toutefois je parviendrais à recoller les morceaux. Il m'annonce qu'une compétition s'est déroulée durant cette période (sans citer son nom) et qu'un ballon se serait posé du côté de Thionville (en réalité Koenigsmacker, voir ci-dessous). 



Lquipe Suisse 1 (Meyer Sintermetall) à Koenigsmacker (Source: Ballon Concept - Facebook)


Je recherche une éventuelle info en ce sens... rien. Nous sommes une région frontalière, s'agirait-il d'une compétition germanique ? Encore une fois l'oracle Google fera effet en rentrant les paramètres dans la langue de Goethe et là Bingo! je tombe sur une page Facebook qui répertorie tout ce dont j'ai besoin pour boucler mon enquête.

Il s'agissait du "Balloon Concept Challenge ECO Race", une compétition constituée d'une dizaine de ballons qui a démarrée depuis le canton de Fribourg en Suisse (à Charmey pour être exact) celle-ci s'est déroulée du 13 au 17 février 2019, voici le teaser...





Un internaute du côté de Langres (52) avait contacté Christian Macé via son site web "Ovni Paranormal" pour signaler la présence d'un point blanc dans le ciel vendredi 15 février, dans le courant de l'après-midi. Cet indice me fut précieux pour établir un parallèle avec notre propre observation. C'était également une équipe Suisse qui s'était aventurée sur ce secteur.


A défaut de ballons à gaz, il s'agit bien ici de montgolfières spécialement équipées pour l'occasion. Nous avons l'opportunité de suivre à la trace chacun des ballons ainsi que de trouver les noms du personnel des deux équipages Suisses qui étaient devant nos yeux interrogatifs. Par ailleurs, j'ai su qu'ils étaient munis de transpondeur, auquel cas, il aurait été possible de les suivre en direct sur FlightRadar24 ou Planefinder. Ceci reste encore possible grâce à la fonction "playback" intégrée dans Planefinder.




Les montgolfières sont bien équipées de transpondeur Source: Planefinder


Toutefois le rendu est bien meilleur et plus précis sur le site dédié...



Trajectoire réelle des ballons ici à 11h22 (Source: http://yb.tl/bcc2019)




Un soubresaut tardif...

Je découvre avec stupéfaction, un article dans le Républicain Lorrain daté du 1 mars. Le CNEGU sans doute intrigué par le nombre de signalements durant la période de la compétition a pris l'initiative de lancer un appel à témoignages. Cet article fut sans doute repris dans les autres quotidiens régionaux. Ils apprendront à leur dépends que "la concurrence" sait aussi faire preuve d'audace. Je suis plutôt satisfait de leur avoir un peu couper l'herbe sous le pied, même si leur conclusion rejoint la mienne dans le même temps imparti.


Source: Le Républicain Lorrain 01.03.2019



En effet, au moment de la publication de cet article dans la presse, l'enquête était déjà pliée.

En conclusion, toujours avoir à l'esprit que ce qui est observé n'est pas forcément ce que l'on croit. La plupart des enquêtes se terminent ainsi à partir du moment ou elles sont enregistrées à temps et en fonction de la disponibilité des informations du moment. Beaucoup de cas sont des méprises plus ou moins complexes, nous en avons le parfait exemple ici. Les vrais Ovni se méritent, mais des éléments permettent de déterminer quelle hypothèse de l'humaine, naturelle ou de l'exogène est à retenir, tout se joue principalement dans la cinématique bien particulière qui ne varie pas dans le temps, mais pour cela, il faut des témoignages précis et s'investir à fond dans ce que l'on fait en vérifiant tout ce qui est vérifiable à notre niveau.

Qu'aurais-je gagné en passant par le GEIPAN ? Une éternité afin d'obtenir une réponse, car n'en doutons pas, chacun est en mesure d'utiliser à bon escient les outils de son temps pour vérifier un à un tous les paramètres qui s'imposent en fonction des cas étudiés. Ainsi dans d'autres configurations, nocturnes notamment, on aurait par exemple fait appel à des logiciels en astronomie et bases de données référençant les rentrées atmosphériques naturelles ou artificielles, tout est question de logique et de volonté à aller au bout des choses sans attendre le bon vouloir de quiconque.

L'ufologie de terrain reste la meilleure école pour évoluer dans ce milieu, "Ufo l'savoir" :-)

Source Facebook : Balloon Concept Challenge ECO Race